Couverture du n° 94 de L'Atelier du RomanL'Atelier du Roman n° 94

SOMMAIRE

Simon Leys ou le plaisir de la critique

Ouverture

Emmanuel Dubois de Prisque, Napoléon et ses doubles
Patrice Jean, Le militantisme et son antidote
Denis Grozdanovitch, L’«honnête homme» Pierre Ryckmans
Eryck de Rubercy, Simon Leys, lecteur de Don Quichotte
David Collin, D’une Chine à l’autre – Segalen-Leys
Bernard Quiriny, Leys et l’oreiller crevé
Mehdi Clément, Les hauts-fonds de la certitude – De Leys à Alexandrou
Morgan Sportès, Leys, Mao et moi
Julian Evans, Quatre mots clés
Myrto Petsota, Du sens !
Florent Georgesco, Qu’est devenue Maria-Antonietta Macciocchi ?
Thierry Gillybœuf, Les identités multiples de Simon Leys
Lakis Proguidis, Un dissident occidental - Dates et œuvres

À la une: Yannick Roy

Critiques
Marie-Louise Audiberti, Soleil grec – Un été avec Homère, de Sylvain Tesson
Olivier Maillart, Deux lectures de Georges Bernanos
Baptiste Arrestier, Hermann Broch et l’aspect cognitif du roman
– Une éthique de la totalité

À la une: Trevor Cribben Merrill

Les cahiers de l’atelier
Eryck de Rubercy, Kenneth White ou le splendide hasard de la rencontre
Kenneth White, Le songe d’une nuit d’hiver suivi de L’esprit de limite

À la une: Théo Ananissoh

Au fil des lectures
Arek Bie´Nczyk, La rame, la cuiller – Quelques remarques sur la lenteur

De près et de loin
Fernando Arrabal, Le plaisir douloureux de pleurer
Lakis Proguidis – Morgan Sportès, De la critique (Une discussion) ouverture