Un nouveau cycle des Rencontres:

Les Rencontres de Thélème

1. Un nouveau thème: Liberté
Avec la quatorzième Rencontre un cycle de thèmes autour de l’art du roman a pris fin. À la même période, plusieurs collaborateurs de la revue ont senti le besoin d’élargir le dialogue avec des thèmes plus «grand public» et plus proches des défis intellectuels et culturels auxquels sont confrontés nos sociétés. En choisissant le thème de «Liberté» comme sujet permanent de nos discussions pour les années à venir, nous croyons toucher à un problème majeur du monde contemporain. Où en est-on avec ce mot? Comment le sent le citoyen d’aujourd’hui? L’exigence croissante de sécurité, telle que nous la connaissons à nos jours, influe-t-elle (et si oui, de quelle manière) sur le sentiment de liberté? Les évolutions dans le domaine de la biotechnologie conduiront-elles à l’esclavage volontaire? Etc. Que peut dire l’essayiste, le romancier, l’artiste là-dessus?
Comme auparavant, selon notre tradition des Rencontres déjà réalisées, nous n’avons pas l’intention d’organiser sous le thème de «Liberté» des «débats» entre «spécialistes» mais un vrai dialogue entre écrivains et public, une vraie Rencontre entre ceux qui considèrent que liberté rime avec art, avec constitution et renouvellement des sociétés démocratiques et avec dignité de l’homme.

2. Le lieu: l’Abbaye de Seuilly en Touraine
Pour L’Atelier du roman qui a consacré un de ses premiers numéros à Rabelais (n° 5, hiver 95), il va de soi que le lieu le plus approprié pour organiser ses futures Rencontres ne pourrait être autre que le pays natal de celui qui a imaginé et décrit l’«Abbaye de Thélème». D’ailleurs, ces Rencontres porteront comme titre: «Les Rencontres de Thélème». Parce que nos discussions ne sont pas des manifestations passagères ou platement contemporaines. Elles ont l’ambition de s’inscrire dans la longue tradition littéraire au cœur de laquelle bat l’inscription que Rabelais a gravé sur le fronton de la fameuse Abbaye: fais ce que voudras.
Que voulait dire cette phrase? Quelle est son apport à la civilisation des Temps modernes? Ces Temps sont-ils encore les nôtres? Voilà encore des questions liées au thème de «Liberté» et de son fond civilisationnel. En choisissant la Touraine nous témoignons du fait que notre réflexion et notre dialogue ne sont pas des abstractions mais des activités intellectuelles attachées à un lieu précis et à son histoire.

3. Le thème de la première Rencontre:
«Mot de passe: Thélème!»
Thélème! Mot magique.
Lorsque j’étais en seconde, il retentissait à la page 69 du célèbre manuel Lagarde & Michard. Notre professeur, un bon prêtre en soutane, nous guidait pour visiter cet établissement plus merveilleux s’il est possible que le château de Chambord, dans lequel des femmes et des hommes vivaient ensemble, conversaient, jouaient, savouraient la Nature, les Arts, les banquets, le goût de connaître et de comprendre, le bonheur d’être humain autant qu’on le peut. Des amitiés et des idylles se nouaient, dans la liberté et l’intelligence. Je me demande d’ailleurs si ces deux termes ne sont pas synonymes – paronymes, en tout cas.
La plupart des utopies ont quelque chose de revêche et de totalitaire. Maître François inventa celle-ci, qui est joyeuse.
Sous ce haut patronage, L’Atelier du roman se propose annuellement de réunir romanciers, poètes, essayistes, dans cette belle Touraine, le berceau de notre langue. Ils se demanderont si la liberté, au-delà du vieil et sacré habeas corpus, et des droits inaliénables de la personne humaine, peut aujourd’hui consister en autre chose que choisir entre Thaïlande et Costa Rica pour ses vacances, BNP et Société Générale pour son argent, SFR et Bouygues pour son téléphone.
A cette question, nul doute que la réponse de principe sera oui. Mais il restera à savoir comment. La liberté, c’est poser des actes. Ce peut être écrire un livre, peindre une toile, chanter une chanson, fonder une famille, ouvrir un bistro, bien d’autres choses encore. Je ne veux pas anticiper : je veux simplement dire que nous chercherons à savoir ce que peut être aujourd’hui une liberté créatrice, en tout domaine.
L’Atelier, dont l’audience est internationale, se fera l’écho de ces rencontres au cours desquelles, en sommes, nous tâcherons de prouver le mouvement en avançant.
Thélème!

(Le texte d’appel est rédigé par François Taillandier.)

4. Les participants
Pour cette Rencontre de Seuilly sont invités : François Taillandier (romancier, essayiste), Pia Petersen (romancière), Lakis Proguidis (essayiste), Jean-Yves Masson (poète, romancier, traducteur), Boniface Mongo-Mboussa (critique littéraire), Olivier Maulin (romancier), Denis Wetterwald (comédien, critique littéraire), Dany-Robert Dufour (essayiste, romancier), Isabelle Daunais (essayiste, Québec), Marek Bienczyk (romancier, essayiste, Pologne) et Pascal Fioretto (écrivain).

Dates: le samedi 27 et le dimanche 28 septembre 2014

Informations supplémentaires